Home»CONJONCTURE»Ministère des Eaux et Forêt : Lee White invité à reconsidérer ses nominations

Ministère des Eaux et Forêt : Lee White invité à reconsidérer ses nominations

0
Shares
Pinterest Google+

Le bureau du Syndicat national des professionnels des Eaux et Forêts (Synapef) a invité, le 18 mai, le patron de ce département ministériel à reconsidérer toutes les nominations actées lors du Conseil des ministres du 8 mai 2020.

Lee White invité à reconsidérer ses nominations du 8 mai 2020 au ministère des Eaux et Forêts. © Gabonreview

Après les organisations de la société civile qui ont âprement critiqué les nominations du ministre en charge des Eaux et Forêts, Lee-White, à l’Agence nationale des parcs nationaux, c’est au tour des partenaires sociaux de ce ministère de manifester leur opposition aux nominations actées par le Conseil des ministres du 8 mai dernier.

Selon le président de la Synapef, Didier Atome Bibang, ces nominations sont entachées de plusieurs irrégularités, au regard des dispositions du décret n°291/PR/MEF du 18 février 2011, portant attributions et organisation du ministère des Eaux et Forêts, et de la loi n°003/2007 du 27 aout 2007 relative aux Parcs nationaux.

«Le bureau du Syndicat national des professionnels des Eaux et Forêts, qui n’entend pas s’accommoder à des pratiques contraires à l’orthodoxie, demande la reconsidération de ces cas de nominations, pour l’intérêt supérieur du fonctionnement régulier du ministère en charge des Eaux et Forêts. Car, et c’est le cas de s’interroger, comment l’administration sectorielle entend-elle faire appliques la loi et l’imposer aux usagers, aux opérateurs économiques et aux communautés locales, si ses délégataires sont choisis en violation des textes législatifs et règlementaires?», soligne le Synapef dans un courrier adressé à Lee-White avec ampliation au président de la République et au Premier ministre.

Didier Atome Bibang et les membres de son équipe souhaitent que ces choix soient reconsidérés,  même si le Synapef comprend le bienfondé de cette démarche qui, affirment ses membres, obéit au caractère dynamique de l’administration publique, «qui implique le renouvellement des intelligences et la mise à contribution des femmes et hommes potentiellement productifs et dont la caution morale est supposée» intègre.

Source : GABONREVIEW.COM

Previous post

Covid-19 : «Une opportunité de réinitialiser l’Afrique», selon Tony Elumelu

Next post

Infrastructures : Bientôt une route à péage pour contourner l’aéroport de Libreville

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *